A cette époque, c’était un important centre fortifié dont l’enceinte renfermait le château et trois églises (St Jean – St Pierre – St Lumin) ; cette forteresse franque, établie sur l’unique passage du layon, formait géographiquement la limite naturelle entre l’Anjou et le Poitou. Le Seigneur de l’époque avait pour nom « Isembart Gazon », il fit appel aux moines de St Florent-les-Saumur pour reconstruire l’église St Jean et y fonder un Prieuré sur l’actuelle propriété du « Gué du Berge » ; voilà pourquoi nous avons à THOUARCE la « Place du Prieuré ».

Au XVIème siècle vers l’an 1540, ce qui était le « Domaine de THOUARCE » prit le titre de châtellenie, avec l’orthographe qu’on lui connaît actuellement. Puis à l’aube du XVIIème siècle en 1608, Eustache du Bellay fit ériger son Domaine de Marquisat. Son petit-fils Jacques du Bellay et ses descendants possédèrent le Marquisat de THOUARCE pendant près de deux siècles. Successivement nous trouvons René, Gilles, Martin et Charles comme Seigneurs de THOUARCE. C’est la raison pour laquelle l’une des artères principales de notre bourgade a été baptisée en souvenir de cette famille « Rue Jacques du Bellay ». Par la suite en 1663, le marquisat devient la propriété de la famille Cossé-Brissac, jusqu’à la révolution.

Au cours des événements révolutionnaires, le bourg de THOUARCE fut par deux fois incendié en 1793 et 1794. C’est pour cette raison que THOUARCE n’a conservé que très peu d’anciennes demeures rappelant l’ancien temps. A part le curieux clocher-beffroi de l’église St Pierre, joyau architectural roman du XIIème siècle et le vieux logis de la rue du Pont-Levis appelé dans certains documents le « Châtaignier » qui daterait du XVème.

Vous avez peut-être déjà remarqué que, dans l’angle gauche des plaques de chacune de nos rues se trouve le blason de THOUARCE. Il serait peut-être opportun de faire ici allusion à l’origine de cet écusson.

Celui-ci orne les plaques de nos rues Thouarcéennes depuis 1967. Il a été choisi par la municipalité d’alors, car deux blasons se rapportaient à l’histoire du pays. Le choix de cet écusson fut très discuté par nos élus. Il y avait d’une part, les armoiries représentant le blason « d’ISAMBART II », l’un des premiers seigneurs de THOUARCE au XIème siècle. C’était le plus ancien qui, en terme héraldique, était composé de gueules à un chevron d’argent, accompagné de trois lions.

D’autre part, l’écusson de la famille du Bellay, seigneur de THOUARCE du XV au XVIIème siècle. Celui-ci est orné d’argent à la bande fuselée de gueules, accompagnée de six fleurs de Lys.

En définitif, c’est le plus ancien qui fut retenu : avec ses trois lions sans doute plus dynamiques. Au désespoir de certains Thouarcéens qui auraient préférés les fleurs de lys plus parfumées et moins agressives que les lions.

historique par Wilipédia